Numérique & démarches collaboratives

écriTech’2/Module 2

Médiation numérique et démarches collaboratives. Comment les nouveaux supports et les dispositifs en réseau modifient- ils l’approche de la lecture par les jeunes et les pratiques de classe ?

Table ronde

Modérateur : Claude Jeanneret (IA-IPR CTICE de l’académie de Lyon)

Valérie Jeanne-Perrier (maître de conférence CELSA Université de Paris-Sorbonne – GRIPIC) – consulter le diaporama
consulter la vidéo

Sites, applications, cadres, tags, nuages… La litanie des petites formes comme abécédaire numérique

Valérie Jeanne-Perrier
(maître de conférence CELSA Université de Paris-Sorbonne – GRIPIC)

Les contenus des objets numériques sont entourés de jeux de cadres. Ils sont également tissés d’une myriade de signes passeurs, promettant l’activation de médias présents dans les structures profondes des sites et applications de téléphone mobile ou de tablettes de lectures. Cadres et signes passeurs accompagnent et parfois signifient autant que les textes, images, vidéos les encadrant. Cette nuée articule des niveaux de lectures intermédiaires, privilégiant des pratiques particulières, engageant dans des mouvements rapprochés la lecture, l’écriture et la publication.

L’intervention vise à distinguer quelques-unes de ces « petites formes » signifiantes qui agissent soit comme des « architextes » ou des « grammaires formelles », elles-mêmes souvent engrainées dans les outils de création des sites et des applications (cms et autres outils de création d’application pour mobiles et tablettes de lectures). Architexte, grammaire formelle : ces deux notions permettent de désigner des éléments qui étayent les pratiques de lectures aux écrans, en engageant dans le même temps des gestes d’écriture et de publicisation. Ces formes sollicitent un travail de la part de l’usager, qui en élabore une maîtrise au fur et à mesure des utilisations. Cette maîtrise des formes et des cadres, une fois acquise, est réactivée dans les différents contextes de médiations numériques, vues ici sous l’angle d’un répertoire de « coquilles vides » et de formes miniaturisées, condensées et rapprochées en une mosaïque composite.

 


diaporama-Martine-MarzloffMartine Marzloff (chargée de recherche, «Littérature et enseignement», INRP)
consulter le diaporama

 consulter le diaporama

Ateliers

Atelier A – Le blog dans l’enseignement des lettres.

Christelle Membrey (IANTE Lettres, académie de Dijon)

Emmanuelle Cane (professeur de lettres, académie de Nice)

« Depuis trois ans, j’utilise un blog de littérature en classe de Terminale L, sur lequel les élèves peuvent découvrir les questions de type bac traitées en cours dans la quinzaine suivant la mise en ligne et déposer leurs commentaires. Il s’agira d’abord de présenter une conception particulière du blog : il n’est pas ici dédié à l’écrit personnel ou à l’exposition de travaux achevés (vitrine du cours), mais envisagé comme un support d’écriture collaborative à distance, où l’on commence par accumuler les contributions avant de réfléchir à une organisation du contenu. Seront ensuite abordés les enseignements tirés de l’expérience : quelles conséquences sur le développement des compétences de lecture et de production d’écrits, sur la démarche de construction des savoirs, sur l‘attitude face au travail d’autrui ? Quels impacts sur l’organisation matérielle du cours et la posture de l’enseignant ? Quelles perspectives d’avenir ?… Mon propos sera donc de mettre en valeur les effets d’un tel dispositif sur l’apprentissage et l’enseignement, et de montrer en quoi il peut présenter une réelle plus-value pédagogique. »

Atelier B – Lecture, recherche documentaire et indexation

Jérôme Bertoneche (Directeur du département du management et ingénierie documentaires au SCEREN-CNDP) –

Roxane Obadia et Véronique Heinis (Professeurs documentalistes – académie de Nice)

« Un atelier qui malgré ce que semble évoquer son intitulé ne s’adresse pas exclusivement aux enseignants documentalistes mais à l’ensemble des enseignants puisqu’il s’inscrit dans le cadre d’une journée dédiée aux démarches collaboratives (comme le sont toujours les activités documentaires)

Lire, recherche documentaire et indexation sont ici abordés comme un triptyque dont chacun des éléments est fortement lié aux autres. On sait évidemment que l’on recherche pour lire, que l’on indexe après avoir lu et pour que les usagers puissent lire….

Deux approches dans cet atelier :

  1. quelles pratiques ? Quelles représentations les élèves et les collègues se font-ils de la recherche documentaire à l’heure des moteurs de recherche généraliste sur le web ?
  2. indexer aujourd’hui ? quelles activités avec les élèves ?

Dans le cadre d’interrogations transversales (formation des élèves ? quelle démarche collaborative ?) l’atelier abordera ces perspectives à partir des présentations de deux collègues :

Mme Heinis, professeur documentaliste et formatrice, présentera une analyse des pratiques observées de collégiens face à la recherche documentaire, sur logiciel documentaire et sur le web. Une séquence pédagogique montée à partir d’une carte heuristique avec des élèves de 3 eme montre l’intérêt de travailler l’interrogation sur l’analyse des sujets et la maîtrise du lexique en collaboration avec les enseignants de français notamment.

accéder au diaporamaMme Obadia, professeur documentaliste présentera une séquence pédagogique de production de descripteurs pour l’indexation d’articles du journal du collège. La collaboration avec le collègue de français montre l’intérêt de travailler les registres de la langue, les articulations hiérarchiques et sémantiques entre les termes. »

Atelier C – Culture humaniste et manuel numérique

Isabelle Polizzi (IA-IPR Lettres – académie de Nice)

Roger Riba (Professeur de Lettres – collège René Cassin – Tourette-Levens – académie de Nice) et Juliette Lassalle (Professeur d’histoire-géographie au collège Bertone à Antibes, académie de Nice)

 

Présentation par Roger Riba : « Je présenterai de manière rapide et synthétique un « manuel numérique » de Lettres (Manuel de Français / 5ème) et tenterai de mettre en évidence quelques éléments de réflexion sur le nouveau paradigme de « manuel scolaire » dont le nom même reste encore à définir puisque l’appellation reste attachée au « modèle papier » et, donc, probablement inappropriée, sinon contradictoire.

J’illustrerai mon propos en développant la fonctionnalité « création (collection) de pages (ou de ressources) personnelles » dans un manuel numérique pour souligner cette nouvelle liberté qui affranchit le pédagogue du « modèle papier », historiquement fondateur mais clos et fini par nature, reposant sur un modèle didactique (et économique ?) contraint à mutation.

J’évoquerai ensuite, à partir d’un exemple concret de création de ressources personnelles dans un manuel numérique, les différents types de « lecture plurielles » auxquels les élèves devront être formés ainsi que les nouvelles responsabilités et libertés offertes aux enseignants, par l’ouverture virtuelle au monde.

J’envisage de conclure en évoquant la désormais nécessaire « ingénierie pédagogique » qui devrait permettre, dans le cadre d’une « culture humaniste », de définir, d’orienter et de sérier les choix pédagogiques à même de satisfaire aux exigences des parcours individuels (cf. Socle Commun des Compétences). »

Présentation par Juliette Lassalle : « Apports et limites des manuels numériques histoire-géographie Magnard (niveau 5ème) et Hatier (niveau 6ème) : quels apports du numérique en histoire-géographie ? » consulter le diporama

  • Manuels numériques/manuels papiers : points de vue des enseignants
  • Manuels numériques / manuels papiers : points de vue des élèves et le mot des parents
  • Conclusion : numérique/papier : quelles perspectives ?

Participez à Orme 2018

Le rendez-vous des acteurs du numérique pour l'éducation, les 30 et 31 mai 2018 à Marseille.

En savoir plus

Suivez-nous : @ecriTech (#ecritech9)