Lecture d’images

écriTech’2/Module 3

La lecture d’images : œuvres d’art, cartes, graphiques.
Comment l’image numérique modifie-t-elle les manières d’enseigner ?

Table ronde

Modérateur : Myriam Vial (IA-IPR SVT, académie de Lyon )
Patrick Peccatte (chercheur associé au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic/EHESS) – Photonormandie – Caen),

accéder au diaporama

Le projet PhotosNormandie a pour but d’améliorer la description documentaire de photos historiques sur le Débarquement et la bataille de Normandie. Ces photos proviennent des Archives Nationales des États-Unis et du Canada et sont libres de droits.

Il s’agit d’un projet collaboratif développé en utilisant la plate-forme de partage de photos et vidéos Flickr.

À côté des recherches et références classiques dans des ouvrages et magazines, l’équipe du projet utilise de très nombreuses sources du Web : forums spécialisés, banques d’images fixes ou animées, journaux et magazines numérisés, outils de cartographie, moteurs de recherche inversée, etc. Ces différentes ressources sont exploitées à l’aide d’une véritable méthodologie permettant d’optimiser la recherche d’informations pertinentes dans la masse des données accumulées sur le Web.

Flickr apparaît dans ce projet comme un outil intégré à d’autres usages du Web dans une entreprise collective qui vise à traiter à nouveau une collection de documents, à re-documenter un corpus iconographique grâce aux possibilités ouvertes par les technologies numériques et Internet.

L’activité régulière du projet PhotosNormandie durant plus de trois années a permis d’accroître considérablement la qualité des descriptions et de les enrichir d’informations inédites.

Ce projet n’est pas isolé. Un an après le démarrage de PhotosNormandie, la Library of Congress a inauguré le projet The Commons en proposant sur Flickr de nombreuses photos avec pour objectif également d’améliorer leurs légendes grâce au concours des visiteurs. Plus de quarante autres institutions participent maintenant à ce projet.

Patrick Peccatte (chercheur associé au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic/EHESS) – Photonormandie – Caen) accéder au diaporama


Jackie Pouzin (Professeur d’histoire-géographie – Lycée Raoul Vadepied – Evron – académie de Nantes)

 

 

 

 

Ateliers

A – Recueil, partage et traitement de données dans l’enseignement des sciences.

André Marcant(IA-IPR STI – CTICE de l’académie de Nice)
Julien Cartier (Professeur de SVT – lycée Carnot – Cannes)


B – Edu géo : La géographie en ligne à l’Ecole.

Philippe Briand (IANTE Histoire- Géographie, académie de Nice)
Jackie Pouzin (Professeur d’histoire-géographie – Lycée Raoul Vadepied – Evron – académie de Nantes)

Il n’y a pas si longtemps, consulter une carte en classe pour une lecture de paysage par exemple était toute une aventure.
D’abord il allait pouvoir disposer dans le cabinet d’histoire-géographie de cartes préalablement achetées, ensuite s’assurer de leur bon état et de leur disponibilité avant d’envisager une activité de type module lorsqu’ils existaient encore.
Il fallait également demander aux élèves de prendre avec eux crayons de bois et papier calques si on voulait faire un croquis par exemple…

Désormais cette époque est révolue : la dématérialisation des cartes IGN consultables sur internet permet une manipulation bien plus facile : nulle inquiétude comme autrefois concernant l’intégrité du document ; combien d’élèves m’ont déchiré une carte en tentant de la replier par exemple ! Sans parler des traces laissées sur la carte malgré les consignes de précaution…

De plus on dispose d’une couverture bien plus grande qu’auparavant ; par exemple dans notre cabinet d’histoire géographie nous n’avions que ces cartes locales à différentes échelles et deux secteurs complémentaires (Chamonix et le Cap d’Agde),avec une quinzaine d’exemplaires de chacune des cartes. Maintenant on peut travailler sur la totalité de l’espace français, outremer compris avec des documents de qualité identique ! Les études de cas peuvent ainsi être démultipliées sans problème.

De plus la richesse de la cartothèque de l’IGN permet de décomposer la carte en différentes couches (hydrographies, routes, relief, bati…) ce qui facilite l’apprentissage de la lecture de la carte.

Les cartes anciennes numérisées et géo-réferencées permettent de voir et de comprendre les transformations spatiales de ces 50 dernières années, une approche utile dans le cadre de l’éducation au développement durable.

Disposer de cartes à différentes échelles permet de faire une étude approfondie de son espace local puis de comparer avec d’autres territoires. Les outils de réalisation de croquis étant intégrés tant dans la consultation sur internet qu’avec le sig-édugéo , la réalisation de croquis est bien plus rapide qu’auparavant, et si un élève fait une erreur dans le choix de ses figurés par exemple, il est très facile de corriger, sans drame, et les productions sont facilement échangeables soit sur édugéo soit sur un Ent d’établissement.

Des visuels sont disponibles à l’url : www.edugeo.fr


C – Éducation musicale et numérique.

Bruno Stisi (IA-IPR Éducation musicale – académie de Nice)
Etienne Gégout (IANTE éducation musicale – académie de Nancy-Metz)


3 questions à Marcel Lebrun

De l'art de faire une conférence inaugurale selon le principe de la classe inversée !

Participez à Orme 2017

Le rendez-vous des acteurs du numérique pour l'éducation, les 31 mai et 1er juin 2017 à Marseille.

En savoir plus

Suivez-nous : @ecriTech (#ecritech8)