écriTech’3/Module 1 : Tablettes et ressources : Comment l’usage des tablettes numériques fait-il évoluer l’accès aux ressources et les modalités d’apprentissage?

Modérateur : Michèle Monteil (Expert TICE – chargée du suivi du dossier « Tablettes numériques » à la Direction générale de l’enseignement scolaire)

Lien de téléchargement du résumé

Thierry Baccino (Professeur de psychologie cognitive à l’Université de Paris VIII) :

« L’usage des tablettes numériques : évaluation des principes et méthodes ergonomiques à développer pour évaluer les usages des tablettes numériques en situation réelle : ces usages sont la lecture et la recherche d’information. Cette évaluation prend appui pour cela sur une étude réalisée sur l’évaluation des TBIs. »

Lien de téléchargement du résumé

 

Sylvie Marcé (Présidente-directrice générale des Éditions Belin, présidente du groupe des éditeurs scolaires et présidente du Syndicat national de l’édition)

« Tablettes et manuels numériques : un nouvel environnement pour de nouveaux usages ? Les tablettes apparaissent aujourd’hui comme un nouveau support numérique à mi-chemin entre les ordinateurs personnels clairement identifiés comme outils de travail ou de recherche et les liseuses tout à la fois supports de lecture, se substituant au papier permettant une lecture suivie, et bibliothèque numérique mobile donnant accès simultanément et rapidement à de nombreux ouvrages.

Quelles évolutions ces nouveaux supports induisent-ils dans la réflexion ou la proposition pédagogique des éditeurs scolaires ? Comment le manuel numérique s’adapte-t-il aux nouvelles possibilités ouvertes par l’apparition des tablettes ? Quels nouveaux usages en classe, à la maison ?

Le manuel scolaire, livre de référence par rapport aux programmes d’enseignement, à la croisée des besoins des enseignants, des élèves et des familles, utilisé dans des contextes variés, collectifs ou individuels, au service tant de démarches actives d’investigation ou d’analyse que de propositions de synthèses, évoluera-t-il en éclatant ses fonctions sur des supports différents adaptés aux usages de ses destinataires finaux ? »

 

Pascal Bringer (Professeur agrégé de SVT, co-fondateur de Maskott)

« Focus sur l’utilisation des tablettes en classe d’intégration scolaire (CLIS) et maternelle. Depuis plus d’un an, des tablettes sont expérimentées à l’École Marcel Pagnol du Puy en Velay. Les premiers enseignants à s’être appropriés de manière importante les tablettes ont été les enseignants de la Clis et de cycle I avec un usage au quotidien très varié. Les différentes utilisations dans cette classe de Clis seront présentées, ainsi que quelques exemples d’usages en Maternelle. »

Lien de téléchargement du résumé

 

Rémi Thilbert (Professeur de lycée professionnel, Anglais-Lettres est actuellement détaché auprès du service Veille et Analyses de l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ-ENS Lyon)

« Usages des tablettes numériques en milieu scolaire : premiers résultats de l’enquête 2011-2012. Une enquête auprès des établissements scolaires impliqués dans des expérimentations avec les tablettes numériques est mené par l’IFÉ depuis 2011 en partenariat avec la DGESCO. Rémi Thibert présentera les grandes lignes de cette étude et les perspectives qui se dessinent. »

Lien de téléchargement du résumé

 

Ateliers

A – Des Arts plastiques à l’Histoire des arts, impact de la tablette sur l’ensemble des pratiques pédagogiques, Josyane Rouch (IA-IPR Arts plastiques, académie de Nice) et David Cohen (Professeur d’Arts plastiques – Collège St Hilaire de Grasse, académie de Nice)

« Une palette élargie des techniques avec la tablette tactile au sein de la salle d’arts plastiques et une pédagogie dynamique au sein d’une équipe de professeurs participant à l’enseignement histoire des arts. »

Lien de téléchargement du résumé

Travailler avec les TICCE (technologies informatiques de création, de communication et d’enseignement) en arts plastiques c’est : enrichir les matériaux traditionnels disponibles dans le cours d’arts plastiques sans les remplacer, augmenter les techniques sans lisser toutes les pratiques… mais la souris ou le clavier pilotant l’écran frontal sont des intermédiaires non naturels.

En disposant d’une tablette à écran tactile, l’intégration des TICCE dans le cours permet de recourir à de véritables attitudes de plasticiens : retrouver les gestes du dessinateur directement sur le plan (travail du poignet), rechercher la manière du peintre avec les matières picturales et les frottages au doigt ou à l’outil stylet (changement rapide des outils, toucher valorisé, agrandissement immédiat) les combiner avec ceux du photographe et du vidéaste en intégrant une réalité augmentée, insérer facilement des typographies variées et textes aux polices et effets multiples, favoriser l’expression personnelle sur un outil mobile individuel plutôt qu’un poste partagé, retrouver des postures variées face à l’écran qui n’est plus seulement frontal. Encourager mobilité et autonomie.

Gestes et corps des élèves se trouvent libérés dans et hors la classe. Plaisir de faire et valorisation du travail sont à chaque fois constatés. L’outil facile d’utilisation rassemble une mallette d’instruments et matériels. Tous simplifient les utilisations nomades en dehors de la salle et incitent les autres professeurs (même les plus rétifs) à s’en emparer. Au delà des contenus et productions plastiques, facilement importables dans l’ENT, qui enrichissent le travail croisé en histoire des arts, la tablette devient l’élément qui par sa séduction technique va inciter certains collègues à rejoindre l’équipe autour de sujets, thématiques et problématiques communes. La tablette induit des changements de pratiques pédagogiques et accélère la complémentarité des réflexions par l’envie de travailler ensemble plus intuitivement en évacuant les difficultés techniques. »

B – EPS et analyse de pratiques des élèves. Pascal Ramon (IA-IPR EPS, académie de Nice) et France Pissot (Professeur d’EPS – Collège Jules Ferry à Hyères, académie de Nice)

« Ce projet est né du décalage, que j’avais pu constater chez mes élèves, entre ce qu’ils faisaient réellement et le ressenti qu’ils en avaient lorsqu’ils verbalisaient. Je me suis alors munie de mon PC portable ainsi que de mon appareil photos/vidéos. Dès lors, les élèves pouvaient analyser leurs prestations et se rendre compte, directement, de l’écart entre ce qui était demandé et ce qu’ils faisaient (sans en avoir totalement conscience, auparavant). Les élèves étaient alors plus sensibles aux feedbacks et consignes et j’ai pu constater des progrès. Toutefois, avec les outils dont je disposais, les élèves restaient fortement dépendant de moi et nous rencontrions des problèmes de gestion de ce matériel (en temps, visibilité…).

Etant convaincu par des apprentissages plus importants chez mes élèves, j’ai alors cherché un outil nous permettant d’être plus efficace. Il m’a semblé que la tablette numérique répondait au mieux à mes attentes.

Aujourd’hui, il s’avère que cet outil ne se limite pas à la simple analyse vidéo des prestations des élèves. L’élaboration de livrets interactifs (pour l’instant en danse, acrosport et escalade) permet à l’élève de revenir à n’importe quel moment de la séance sur les ressources utiles à ses apprentissages (dans le même temps, je peux intervenir plus sereinement sur des ateliers/situations plus difficiles avec un autre groupe d’élèves). L’élève travaille en autonomie et il est, de ce fait, mis en responsabilité.

De plus, j’ai pu réaliser de petits programmes destinés à l’évaluation des élèves. L’intérêt est double : l’élève peut simuler tout au long du cycle son évaluation et ainsi se projeter ; de mon côté, l’évaluation est plus rapide, la note est calculée directement par le programme (saut en hauteur, et bientôt, course de durée et natation). »

C- Langues vivantes, usages de la tablette, échanges et mobilité, Pellegrina Fischetti (IA-IPR d’Italien, académie de Nice), Béatrice Rolando (Professeur d’Italien, collège Port Lympia à Nice, académie de Nice) et Christophe Massa (Professeur de technologique – collège Port Lympia à Nice, académie de Nice)

Le projet transfrontalier « ALCOTRA » existe au collège Port Lympia depuis 3 ans . Cet échange linguistique avec l’Italie s’adresse à des élèves de 5eme LV1et s’appuie traditionnellement sur: Une correspondance entre élèves tout au long de l’année. Des échanges culturels entres les élèves de deux nationalités. Des séjours en familles d’accueil franco-italiennes. Ce projet s’est enrichi depuis octobre 2011 par un déplacement d’une journée qui permet à nos élèves de découvrir la ville de ALBA, la fête du Palio des ânes, et le lieu de résidence de leurs correspondants italiens.

Dans ce cadre et grâce à une subvention du conseil général le collège a reçu une dotation de trente iPad de deuxième génération. L’expérimentation consistait alors à mesurer la plus value apportée par ce type de tablettes dans ce projet d’échange linguistique. Les élèves de 5eme utilisent ces tablettes depuis septembre à raison d’une heure par semaine. Cette expérimentation à lieu dans la salle multimédia du CDI en présence de Mme.ROLANDO (Enseignante d’italien à l’origine du projet) et de M. MASSA (Enseignant de technologie comme soutien technique et pédagogique). Par mesure de sécurité, les Ipads sont étiquetés d’un code barre et rangé, en charge, dans un chariot ERGOTRON (depuis janvier 2012) dans cette même salle. Il peuvent donc être empruntés après avoir été scannés pour une utilisation en extérieur (échanges prévus dans le cadre du projet ou pour les enseignants référents).

Les grands axes pédagogiques qui ont été exploités dans le cadre de cette expérimentation et qui seront développés dans cette présentation sont:

L’utilisation des tablettes pour une correspondance numérique entre les élèves.

L’utilisation d’un espace de stockage dédié au projet (coté élèves et coté enseignant) pour aborder les notions de travail collaboratif.

L’utilisation nomade des tablettes pour collecter des informations multimédia sur le terrain: photos, enregistrements sonores, vidéos.

La réalisation de documents de présentation et de vidéo-reportage (montage) a partir des informations recueillies.

La validation des compétences dans le domaine de la maitrise des techniques usuelles de l’information et de la communication au niveau cinquième.

Sur la sollicitation et la volonté de Monsieur et Madame GARRANDES l’expérimentation précédente s’est élargie aux élèves non voyants et defficients visuel du collège. C’est ainsi que six des trente tablettes leurs ont été allouées à partir de décembre 2011. Prise en charge par M.MASSA, cette seconde expérience est réalisée à raison de deux heure par quinzaine avec un petit groupe d’élèves de sixième. Les grands axes pédagogiques qui ont été exploités et qui seront développés dans cette présentation sont :

La découverte de l’objet physique: L’ipad de 2ème génération.

La découverte de l’interface sous le logiciel « ViaVoice »: l’écran d’accueil, le déverrouillage, la barre d’état, la recherche d’une application, et la navigation entre les différentes pages d’applications.

L’ouverture et la fermeture des applications natives sous le logiciel « ViaVoice »: description et exploration de chaque application après leur ouverture.

L’apprentissage et l’utilisation du clavier numérique grâce à « ViaVoice ».

L’utilisation de L’ipad comme un outil de communication numérique: les applications « Safari » et « mail » accessible aux non voyants!

D – La tablette outil personnel de l’élève, Bruno Stisi (IA-IPR Éducation musicale, académie de Nice), Alain Prost (IA-IPR Histoire et géographie, académie de Nice) et Hugues Laffez (Professeur de technologie, collège des Baous à Saint-Jeannet, académie de Nice)

« L’expérimentation menée par l’équipe du collège des Baous implique une classe de 30 élèves et 11 professeurs ayant abandonné le papier en termes de support pédagogique (manuels scolaires) au profit des tablettes numériques (notion de cartable électronique). Cet atelier s’articulera autour de la présentation de l’expérimentation au collège des Baous et d’une démonstration de l’utilisation de tablettes. Suivront les questions des participants, un échange avec la salle. » La validation des compétences pour les non voyants dans le domaine de la maitrise des techniques usuelles de l’information et de la communication en sixième.