Module 2 : Tablettes et élèves à Besoins Educatifs Particuliers

écriTech’3/Module 2 : Tablettes et élèves à besoins éducatifs particuliers

Modérateurs : Thierry Bertrand (DGESCO) et Yaël Briswalter (CTICE, académie de Grenoble)

Didier Anselm (IATICE de SES, académie de Grenoble) :

«Activités scolaires et tablette numérique» ou «comment prendre en compte la spécificité des élèves ?» Dans l’’académie de Grenoble, nous avons travaillé par le passé avec le dispositif LOG (Lycée Ouvert de Grenoble) pendant quelques années pour la création de ressources en ligne pour un public spécifique (essentiellement des sportifs de haut niveau).

Le résultat de cette expérience a été de mettre à disposition de tous ces ressources (tous les élèves ayant à travailler en dehors de la classe, ils étaient tous de ce point de vue des élèves à « besoins éducatifs particuliers »). Pour l’’expérience avec les tablettes, la mise en place d’un travail collectif, ou plutôt participatif met en évidence qu’’une approche constructiviste est dans le fond une approche différenciée, qui tient compte de l’hétérogénéité des élèves. »

Télécharger la vidéo

 

Hélène Savin (Professeure de Lettres, formatrice et chargée de mission d’inspection, académie de Grenoble)

«La tablette numérique et les élèves souffrant de troubles spécifiques du langage écrit ou oral. Quelles applications et quels usages pédagogiques pour répondre au défi du handicap ? En classe et hors de la classe, en heure d’accompagnement spécifique.»

Vidéo de présentation : Tablettes et lectures plurielles – collège Moucherotte, le Pont de Claix, académie de Grenoble

 

Télécharger la vidéo

 

Alain Armand (Principal du collège des Hôpitaux-Gustave Roux à Hyères, académie de Nice) et Alexandre Danneels (Coordonnateur du projet tablettes et élèves hospitalisés, collège Gustave Roux à Hyères, académie de Nice)

Présentation des usages de la tablette numérique en classe de troisième au collège des Hôpitaux – Gustave Roux. Avant d’avoir les tablettes, nous travaillions la plupart du temps sur les ordinateurs. Les documents de cours étaient ensuite imprimés et rangés dans un classeur, auquel nous avions difficilement accès. Nous allons vous présenter le travail que nous avons fait dans différentes matières et ce que les tablettes nous ont permis de réaliser : nous verrons les perspectives qu’elles nous offrent. »

 

Télécharger la vidéo

 

Télécharger la vidéo

 

Marc Dimech (Principal du collège Port Lympia à Nice, académie de Nice) et Claude Garrandes (Professeur coordonnateur du projet tablettes pour les élèves déficients visuels)

 

Télécharger la vidéo

« Passer de l’autre côté du miroir » Il s’agit de voir en quoi la tablette permet à l’élève d’accéder au réel qui l’entoure sans lui faire écran. Dans quelles conditions ? Et avec quelles garanties ? Mon intervention ne sera pas celle d’un utilisateur ni d’un expert, mais livrera simplement les réflexions de quelqu’un qui a connu l’ardoise en tant qu’élève et qui observe en tant que Principal de collège des pratiques d’enseignants et des comportements d’adolescents. Il me semble fondamental que, pour grandir et gagner en autonomie et indépendance d’esprit, les élèves passent « de l’autre côté du miroir » qu’est aussi cette tablette, ne serait-ce que par sa forme et sa facture. Il ne faudrait pas que la tablette, « miroir aux alouettes » et commandée en masse, nous présente finalement une ardoise avec un déficit en savoirs et en compétences, avec un recul plutôt qu’une avancée pédagogique et des inégalités, contraires au principe de l’école de la République.

L’ardoise de mon école était un instrument de vérification des connaissances utilisé quotidiennement pour l’orthographe, la conjugaison, le calcul mental ou la culture générale. Elle était également un outil d’interactions au sein de la classe avec, dans un processus de ritualisation, l’implication de tous les élèves. La révolution technologique nous présente-t-elle une tablette agent de socialisation ou vecteur d’isolement ? Les utilisations faites par le professeur d’italien de notre établissement et par les élèves mal-voyants montreront des exemples d’ouverture sur le monde extérieur et des exemples d’intégration du handicap que l’on pourra opposer à l’attitude de l’adolescent livré à lui-même et ne parvenant pas à se détacher de son écran, comme si la tablette était devenue le prolongement de son être, à la fois physique et mental.

La tablette numérique constitue une avancée technologique, certes, mais l’être humain a besoin de contact avec le monde extérieur plus qu’avec des objets qui pourraient l’aliéner. Ce colloque nous offre la possibilité de réfléchir ensemble aux choix déterminants que nous allons faire pour l’avenir de nos enfants et c’est de la conscience, de la philosophie, de la volonté qui accompagnera ces choix que dépendra l’avancée humaine. »

Télécharger la vidéo

Participez à Orme 2017

Le rendez-vous des acteurs du numérique pour l'éducation, les 31 mai et 1er juin 2017 à Marseille.

En savoir plus

Suivez-nous : @ecriTech (#ecritech8)